Les différents types de chemins de jardin japonais et signification des pierres

Les chemins de jardin japonais et la conception des jardins en général sont devenus un véritable art à part entière.

Ils sont considérés comme l’un des éléments les plus essentiels de l’art et de la culture japonais.

L’apparition des jardins de thé a donné lieu à l’existence et à la popularité des sentiers, et la longue distance entre les jardins de thé et leur destination permet aux visiteurs de se détendre et de méditer.

L’histoire des sentiers remonte aux 16e et 18e siècles, lorsqu’un nouveau système connu sous le nom de Sankin-kotai a vu le jour, où les déplacements étaient limités dans le pays et où les gens avaient besoin de se déplacer.

Des jardins de promenade sont apparus. Ils étaient appelés Kaiyushiki.

Le but ultime des chemins des jardins japonais est de conduire une personne ou un objet vers un point particulier.

Les jardins japonais sont largement définis par leurs sentiers. Ils servent de moyen d’instruction que les visiteurs suivent pour voir un objet ou un lieu significatif. Ils contrôlent également la progression du mouvement d’étape en étape.

Les chemins de jardin au Japon sont divisés en trois catégories : Shin, Gyo et So. Nous allons les expliquer plus en détail.

Chemins de pierre posés

On peut aussi les appeler nobedan, ce qui signifie tapis de pierres. Comme son nom l’indique, vous posez les pierres sur le sentier, ce qui permet aux gens de marcher dessus l’une après l’autre.

Système Shin Gyo So : Il existe trois niveaux de formalité dans l’esthétique japonaise. Ce système est connu sous le nom de système Shin-Gyo-So. On pourrait traduire ce système de classement plus ou moins en formel, semi-formel et informel. Il n’est pas seulement utilisé dans l’esthétique japonaise, il peut également être utilisé pour d’autres éléments japonais tels que la calligraphie, la céramique, la tradition du thé et l’arrangement floral japonais.

Chemins de style Shin : Shin, que l’on peut traduire par Formel, peut être représenté par un chemin nobedan qui est toujours simple et taillé avec soin. Ces chemins de style sont souvent faits de pierres de taille et de pierres naturelles façonnées respectivement en carré et en rectangle. Vous pouvez les trouver à l’approche d’une porte ou dans le hall principal d’un temple, car ils sont généralement tracés en lignes droites.

chemin de jardin japonais shin

Chemin de style So : So qui se traduit par informel serait un simple chemin normal de gravier ou de terre tassée. Le jardin de style So signifie la nature dans le système Shin-Gyo-So. Vous devez concevoir les chemins de jardin pour qu’ils aient l’air aussi naturels que possible. Différentes tailles et différents styles de pierres non finies doivent être utilisés pour créer des chemins entourés d’arbres et de plantes arbustives.

Les sentiers en pierre

Les sentiers tobi-ishi sont une composante importante du jardin japonais. Vous pouvez les appeler les pierres volantes ou les pierres à sauter. Leur origine remonte au développement du jardin de thé.

L’introduction des chemins de pierres à sauter a eu lieu au 16e siècle. Il s’agit d’embellissements esthétiques utilisés pour prévenir les dommages causés par la mousse dans les jardins de thé.

chemin de jardin japonais

Ces dommages peuvent être causés lorsque vous marchez accidentellement sur la mousse dans le jardin, vous devez faire très attention lorsque vous marchez sur les tremplins afin de ne pas manquer une marche par accident.

En marchant dans le jardin, il est possible que vos sandales et vos chaussures se salissent lorsque vous posez vos pieds sur le sol nu. C’est pour cette raison que les maîtres de thé comme Sen Rikyu ont propagé le chemin de pierres volantes.

Avec ce type de sentiers japonais en pierre, il est conseillé de placer les pierres à plus de 5 cm, de préférence 6 cm, au-dessus du niveau du sol. Il faut faire très attention aux différentes formes utilisées pour les chemins de pierre. Certaines sont inégales, tandis que d’autres sont régulières de manière à créer des formes circulaires et rectangulaires irrégulières.

Les tremplins sont situés à différents endroits. C’est pourquoi ils ont tendance à avoir différents motifs inhabituels. Le positionnement des pierres doit être précis et exact. Vous devez donc disposer les pierres d’une manière qui profite à leurs différentes couleurs, tailles et formes.

Les différents petits chemins de jardin

Chemin Choku-uchi : Choku-uchi se traduit par « coup droit » ou « coup direct ». Un sentier Choku-uchi est constitué d’une ligne droite de tremplins simples. Vous ne trouverez pas forcément de longues lignes dans le jardin de thé, mais il est possible que vous en trouviez de courtes,

Omagari : Omagari qui se traduit par « grand virage ». Dans les grands jardins, les tremplins sont disposés en courbes, ce qui fait que le paysage du jardin est hors de vue mais vous donne un aperçu du jardin au fur et à mesure que vous avancez. L’Omagiri se trouve dans le jardin secret du musée national de Tokyo à Ueno. Le jardin abrite plusieurs anciennes maisons de thé provenant de tout le Japon.

Chidori-gake : Le nom donné à ce jardin trouve son origine dans le petit oiseau Chidori (pluvier, bécasseau). Les oiseaux Chidori marchent en zigzag, donc les tremplins ayant des motifs similaires sont nommés d’après eux. Vous pouvez trouver un court chemin de pierre Chidori-gake dans le vieux jardin centenaire de la maison du prêtre shinto Nishimura-ke.

Fumiwake-ishi : Il s’agit d’un chemin de pierre qui divise un chemin en deux. Si un chemin de pierre se divise en deux chemins séparés, une pierre plus grande est placée à l’intersection. Lorsque vous vous déplacez dans ce jardin, vous pouvez attendre en réfléchissant au chemin à suivre. Il n’est pas recommandé de laisser le chemin se diviser en trois branches, mais si cela se produit, il est conseillé d’avoir deux bifurcations séparées.

Garan-ishi : Garan-ishi fait référence aux pierres du temple. Ce sont de très vieilles pierres qui servent de fondation aux temples.

Aujourd’hui, beaucoup de pierres Garan-ishi sont produites pour être principalement utilisées dans les jardins. Le musée d’art de Nezu possède trois maisons de thé qui consistent en une hutte d’attente pour les invités. Le garan-ishi est placé devant ces huttes d’attente.

Gan-uchi : La traduction littérale du chemin de pierre Gan-uchi est la grève des oies en vol. Ce chemin ressemble à un long motif en zigzag qui reflète les oies en vol.

Kutsunugi-ishi : Il s’agit d’un chemin de pierres japonais qui fait référence aux pierres devant une maison qui sont utilisées pour enlever les chaussures. On peut également l’appeler pierre à chaussures.

Kyaku-ishi : Un autre nom que l’on peut donner aux pierres Kyaku-ishi sont des pierres pour invités lourds. Ce sont les pierres que vous pouvez trouver devant une porte intérieure dans un jardin de thé. Vous y placez vos pieds lorsque vous rencontrez l’hôte qui ouvre la porte de l’intérieur alors qu’il se tient sur la pierre de l’hôte.

Fumi-ishi : Ce sont les toutes premières et dernières pierres que l’on trouve dans un jardin de thé. Parfois, il y a deux ou trois pierres qui forment des escaliers. Vous pouvez appeler la première Hatsu-no-ishi (première pierre), la deuxième Ochi-ishi (pierre qui tombe) et la troisième Nori-ishi qui signifie la pierre de montage.

Ita-ishi : Ce sont des pierres longues et rectangulaires que l’on peut aussi appeler des pierres de conseil. Elles interrompent le rythme et piquent l’intérêt visuel du visiteur.

Sute-ishi : Les Sute-ishi sont également connues comme des pierres jetées. Ce sont des pierres qui ne sont pas facilement visibles. Elles apparaissent comme si elles étaient dispersées de manière aléatoire. Un autre nom que l’on peut donner aux sute-ishi est mamemaki-ishi qui signifie méthode des haricots éparpillés qui suggère que les pierres sont faites pour avoir l’air d’avoir été jetées négligemment.

Rikudatsi-ishi : Vous pouvez également appeler cette pierre « pierre à sandales ». Elle est utilisée pour laisser ses sandales avant de mettre le pied sur le balcon.

Yaku-ishi : La Yaku-ishi est également appelée pierre de l’atout. Ces pierres sont utilisées pour mettre en évidence les aspects importants du paysage du jardin. Elles ne sont pas seulement utilisées pour ajouter de l’esthétique au jardin, elles servent aussi à prévenir les dommages causés à la mousse au cas où les gens marcheraient dessus.

Raihaiseki (haiseki) : Il s’agit d’une pierre à usage spécial. Vous pouvez également l’appeler la pierre de contemplation. Si vous voulez rendre hommage à un groupe de rochers, vous vous tenez sur cette pierre.

Fuji-ishi : elle est également connue comme la pierre d’entrée. Elle est principalement placée près de la petite entrée du salon de thé.

En conclusion, le jardinage japonais a subi de nombreux changements au fil des siècles, mais la beauté et le succès des jardins ne se dément pas, au contraire.

On peut dire que les sentiers des jardins japonais ont un rôle à jouer dans l’esthétique et la préservation de la culture japonaise dans son ensemble.